19 juin 2012

VU DES COLLINES

vudescollines

 

 

 

http://je280950-vudescollines.blogspot.fr/

 

Au hasard de ses errances, dont le seul but est de trouver de quoi bouffer, La Tique aperçut une jolie colline, arborée, fleurie, avec des herbes assez hautes pour espérer se camoufler aisément et attendre dans une quiétude somnolente une proie riche en encre qui ne rechignerait point trop à la laisser ronronner entre ses mots.

Mais tout obnubilé par ce bucolique paysage, elle ne vit qu’au dernier moment ces piliers de béton que délimitaient quelques miradors armés aux pieds desquels virevoltaient moult bergers teutons aux poils si rêches que son appétit disparut aussitôt.

Elle aurait du lire le panneau à l’entrée, « ...Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane » mais bon, la nuit et le brouillard en train de se lever, l’obligea à trouver un endroit où poser ses petites pattes velues.

Et là, tapis sous quelques feuilles de pissenlit, La Tique observa la vie du camp… euh, de la colline. Ben non, du camp. Ce qui vient de me faire penser que le fameux régime du camp était déjà en place bien avant que les obèses occidentaux ne l’adoptent.

Le chef des lieux, Jacques ETIENNE, déambulait, avec l’aisance d’un homme d’expérience, parmi quelques milliers (la centaine de ce millier fut atteint tantôt) d’ombres. Certains aux rires gras, d’autres aux larmes sèches, ou encore, leurrés par le décor, tournés vers le pont levis, redoutant qu’il ne soit plus baissé.

Et là, La Tique fut agacée…

Jacques ETIENNE écrit bien, très bien. Belle maîtrise du mot, une construction plaisante et l’humour facile qui fait frissonner, malgré soi, ses zygomatiques. Non pas qu’il soit agaçant de trouver belle écriture, ce n’est pas si légion au milieu de ces blogs de vains écrits ancrés dans la rubrique « Poésie et Littérature »

Non, ce qui est irritant, c’est de trouver quelques qualités à des êtres dont les différences vivent dans la « fondamentalité ».

 

La Tique a lu, La Tique a rit, La Tique s’en va…

 

Dans ce cercle du non respect de l’autre dans lequel gravitent quelques plumes nauséabondes, même pour les acariens, La Tique ne sent pas la force de chercher querelles pour imposer points de vues et autres certitudes. Elle cherche à comprendre, simplement, comment, tout en étant érudit, on puisse ne pas réaliser qu’être d’une nationalité ou d’une autre, n’est affaire, en grande majorité, que de chance. La chance de ne pas être somalien, de Corée d’en haut, grec…

Oui, La Tique cherche à comprendre comment un français de sang puisse éructer sa nationalité acquise sans mérite au lieu de partager sa chance avec ceux-ci ou ceux-là qui auront la pudeur de ne pas en échanger un peu avec leur malchance.

 

Monsieur Jacques ETIENNE, j’ai appris que j’aimais vous lire tout en devinant que je détesterais vous entendre penser.

Mais d’un autre côté, ce qu’aiment ou détestent les tiques… je peux comprendre que l’on s’en batte les mandibules.

 

 

 

Posté par latique à 16:23 - Commentaires [13] - Permalien [#]

Commentaires sur VU DES COLLINES

    Bonjour,
    c'est un grand honneur que vous me faites là. Sachez que je l'apprécie même si nos opinions divergent sur un point fondamental. Votre critique est faite dans un style agréable, léger. C'est rare et mérite en soi l'estime. D'autre part, votre idée de prendre pour thème la critique de blogs est bonne. Je vous souhaite donc le grand succès que vous méritez. Vous trouverez dans ma blogroll de belles et même très belles plumes. Elles sont, hélas souvent nauséabondes, mais on ne peut pas tout avoir...

    Posté par Jacques Etienne, 19 juin 2012 à 18:52
  • Bonsoir,
    Merci pour votre passage et vos encouragments à poursuivre cette aventure. Je tourne régulièrement sur votre blog ainsi que ses liens et apprécie quelques écritures. En plus de la votre, celle de Monsieur Didier GOUX reste une référence sur sa forme. Quand à nos divergences, qui resteront viscérales,peut-être seront-elles à l'origine d'autres échanges.

    Posté par La Tique, 19 juin 2012 à 19:26
  • J'étais passé hier, sans commentaire à formuler, un peu sur ma faim, un peu sans conviction.

    Mais là, il me faut vous faire part que la fin de votre texte fut pour moi un régal !

    Cédric (qui n'a peur ni des pestes ni des tiques ) ( j'ai la peau trop dure mais vous pouvez essayer de mordre si vous le souhaitez )

    Posté par Cédric, 19 juin 2012 à 21:32
  • @ Cédric

    Bonsoir,

    Seriez-vous le Cédric au fouet ? Ce Cédric là ?!

    La Tique a pour principe de se poser au hasard de ses déambulations. Mais comme tous les principes, il se pourrait que celui-ci subisse une petite dérogation... Je passerai vous lire certainement, et vous piquerez peut-être... La faim nous fait perdre, quelques fois le contrôle.

    Merci d'être passé et d'avoir laissé ce petit mot.

    Posté par La Tique, 19 juin 2012 à 21:50
  • C'est vrai, je l'avoue, pour un début c'est pas mal la Tique !
    Votre plume va en attirer plus d'un(e).

    Bravo

    Posté par Sue, 20 juin 2012 à 09:19
  • En personne !

    Disons le Cédric faux-maso , car le fouet ne lui fait pas mal...

    Posté par Cédric, 20 juin 2012 à 10:34
  • @ Sue

    Bonjour, j'essaie d'être la première tique non révulsante. J'ai conscience des difficultés à y arriver par mon physique, alors je tente par la plume...

    Merci de votre passage, à bientôt.

    Posté par La Tique, 20 juin 2012 à 11:28
  • @ Cédric

    Rares sont les masochistes insensibles à la douleur physique. Sinon où est l'intérêt ?
    La Tique sent du potentiel chez cette future hypothétique proie...

    A très bientôt Cédric.

    Posté par La Tique, 20 juin 2012 à 11:35
  • C'est bien ce que je dis : je ne suis pas masochiste, puisque je ne souffre pas...

    Faut trouver un autre terme...

    Mais c'est pas à moi à faire vôt' boulot, madame ou monsieur la Tique !

    Posté par Cédric, 20 juin 2012 à 12:10
  • Bonjour La (ou Le?) tique
    Je passe pour vous dire que je trouve votre billet excellent!
    Vous critiquez avec classe, comme le dit d'ailleurs avec franchise l'objet de votre critique

    C'est couillu ici, il y a moins d'oestrogènes avariés que chez nous et du coup c'est distrayant!

    Dommage, la peste n'est pas véhiculée par le tique...

    bien à vous

    Posté par Les Pestes tacle, 20 juin 2012 à 12:26
  • C'était Martine De Pin Beurhé

    Posté par Les Pestes tacle, 20 juin 2012 à 12:26
  • @Martine De Pin Beurhé

    Bonjour,

    Merci pour votre passage ici et votre commentaire.
    Certaines de mes congènères africaines véhiculent la peste porcine. Elles ne sont pas loin de vous et votre associée qui dévastez la blogosphère avec une peste bloguine de grand qualité.
    Quand à moi, je cherches juste à me nourrir, avec nulle intention de nuire à quiconque évidemment...

    Posté par La Tique, 20 juin 2012 à 12:54
  • Les yeux grands ouverts

    Je viens chez vous en arrivant de chez Jacques Etienne... et ça m'a l'air captivant! Je vais donc poursuivre l'exploration de votre blog de critiques.

    Posté par DF, 08 août 2012 à 14:55
Poster un commentaire