20 juin 2012

ISSU DE SOI

Cedric

 

 

http://issuedesoi.blogspot.com/

 

Ah, le plaisir de la chasse…

D’abord, trouver LE coin idéal, se fondre dans le décor, se transformer par mimétisme en « rassurance », en invisible, en insoupçonnable, devenir un figé imperceptible qui ne sera repéré que par l’inéluctable.

Soudain, un inconnu vous offre des veines.

Existe-t-il quelque chose qui pourrait assombrir le plaisir, les excitations de l’affût, de la surprise de la proie, de  l’abandon de celle-ci devant l’inexorabilité ?

Malgré tous ces jours de disette vécus à sauter de blogs insipides en blogs insignifiants, La Tique ne s’imagine pas une seconde se passer de cet excitation qu’est la chasse.

 

Et là, toute gavée de sa dernière victime, La Tique, repue, limite en RTT (Repose Toi la Tique) se voit titillée par un adepte de Léopold Von Sacher-Masoch se vantant d’être insensible à la douleur tout en prônant bannière de ne pas le croire (La croire et la bannière)

Le croyez-vous ?

 

Ah, Cédric, porteur de frustrations, priveur d’excitations…

Etes-vous conscient de la malséance de venir soumis face au chasseur ?

 

D’un bond, du blog des Pestes qui Taclent, il fut aisé de poser ses pattes sur la peau de votre espace au sein duquel vous siégez, offert, impatient, surplombant ce qui semblait n’être qu’un désert nocturne.

 

Là, La Tique se demande si elle a bien fait de s’aventurer par ici, le noir, le désert et un maso insensible, tout ça respire le piège.

Serait-elle devenue gibier ?

Les conditionnements prirent immédiatement le dessus. Trouver un endroit à plusieurs sorties, s’immobiliser, se fondre et attendre la certitude de l’absence de danger.

Observer d’abord ces étranges lumières douces qui tentent de se détacher du fond obscur, laisser s’habituer le scutum aux variations lumineuses.

 

Tout en surveillant les mouvements du Cédric qui avait revêtu une tête de smiley clin-d’œil, La Tique commença à déchiffrer ces luminosités.

Une petite phrase, sympa.

Une seconde, m’ouais, ça passe.

Encore une, La Tique sourit.

Pis une autre, encore et encore…

Cédrix, que nos ancêtres les gros doigts auraient appelé le Barde Prolix et que nos jeunes surnommeraient Barde Simpson.

Cédrix, dont on pourrait dire que les coups de fouet revigorent aussi les neurones.

Ben Cédrix, une fois habitué à votre univers, on se dit que venir ici, de temps en temps boire cet encre ne serait pas une mauvaise idée pour se changer les idées, pour réaliser que faire court n’est pas si aisé et que l’essentiel reste dans le condensé (Chose que ne sait pas faire La Tique)

Sur ce, pour revenir, il faut repartir.

Mais aujourd’hui, c’est jour de fête, alors, avant de se tirer, La Tique va faire appel à ses synapses et vous offrir, cher Cédric, quelques petits cadeaux improvisés. 

 

 

-« Quelqu’un qui cherche à savoir l’heure par peur d’être en retard, perd du temps. »

-« Un pédicure et une manucure ont fait des pieds et des mains pour vernir leur union »

-« Les gens d’honneur ne sont pas légion »

-« Quand on est une graine de voyou, il ne faut pas s’étonner de se faire planter »

 

Voilà, c'est pour vous, pour d’éventuels jours de disette (ce qui serait étonnant) et vous remercier de votre accueil sur votre espace.

 

 

 

 

Posté par latique à 16:06 - Commentaires [19] - Permalien [#]

Commentaires sur ISSU DE SOI

    Excellent, chère Tique ! Excellent !

    Qu'ajouter ? quand ce seul mot suffit !


    Deux petites choses : Merci également pour les quelques phrases-cadeaux improvisées, elles furent très bonnes mais je précise que je ne publie que des phrases que je n'ai jamais lues ailleurs ( au moins consciemment ! ), même si évidemment tant de choses m'inspirent, y compris les mots des autres.

    Une de vos phrases m'a d'ailleurs fait me souvenir d'une des "miennes" (entre guillemets car je ne considère pas que les mots appartiennent à quelqu'un ) : la voici : "315. C'était un sculpteur qui faisait des pieds et des mains pour gagner sa vie."


    Et puis une deuxième petite chose, j'ai rencontré deux coquilles dans votre texte, et quand ce que je lis est bien écrit, j'aime en faire part à l'auteur : "mouais" (sans apostrophe) et "...que nos ancêtres les gros doigts auraient appelés le Barde Prolix..." un 's' en trop à 'appelé' (il y en a peut-être d'autres, je n'ai pas la prétention de croire mon oeil infaillible ! )


    Voilà.

    A bientôt ! Vos pattes seront toujours les bienvenues !

    ( En fait, je ne crois pas être du tout maso, je savais très bien que ça n'allait pas faire mal ! )

    Posté par Cédric, 20 juin 2012 à 20:00
  • @ Cédric

    Le "S" est parti, l'apostrophe est resté... Tout est une question d'esthétisme, et le "m'ouais" me sied d'avantage.
    Je n'avais aucune raison de vouloir du mal à un barde moderne, mais les acariens sont caractériels, un jour peut-être...

    Merci de votre passage, au plaisir de vous lire.

    Posté par La Tique, 20 juin 2012 à 20:41
  • Vous avez parfaitement raison d'écrire comme il vous sied ! C'est tout à votre honneur !

    Au plaisir.

    Posté par Cédric, 20 juin 2012 à 21:32
  • )
    La tique, Cédric est, entre autre, un vrai correcteur d'orthographe.
    Pas mal votre billet, même pas mal du tout.

    Posté par sue, 21 juin 2012 à 08:49
  • @ Sue

    M'ouais

    Merci pour ce commentaire.
    A bientôt, j'espère, demi-peste.

    Posté par La Tique, 21 juin 2012 à 11:09
  • http://www.mouais.fr/

    Posté par Cédric, 21 juin 2012 à 14:24
  • @cedric

    Du coup, je vais tout savoir sur les règles d'urbanisme de ce patelin...
    Chouette !

    Posté par La Tique, 21 juin 2012 à 14:37
  • Mouais... ( Ils ont une rue Bof à Mouais ??)


    Cédric se demande si la Tique est mâle ou femelle (Cédric s'amuse comme il veut !) pour l'heure, il hésite, est-ce une fomme ou est-ce un hemme ?, aucune certitude (Cédric aime les énigmes !), mais si on l'obligeait, sur-le-champ, à deviner, il pencherait plutôt pour une tique femelle...

    Posté par Cédric, 21 juin 2012 à 15:52
  • @Cedric Sceptique

    L'intuition des bardes . . .
    Même pas de quoi faire une contrepèterie !
    Je suis une tique de Palétuvie, et tout le monde sait que les tiques palétuviennes sont hermaphrodites.
    Voyons Cédric !

    Posté par La Tique, 21 juin 2012 à 16:18
  • La Palétuvie ? Ce pays où vivent les palétuviers ? Je ne connais pas ce pays ! Et je n'y croirai que le jour où je le verrai ! na !

    D'ailleurs je n'ai jamais cru aucune Tique ! Hermaphrodite ? J'y crois pas ! na ! :-p

    Posté par Cédric, 22 juin 2012 à 10:02
  • @ cédric le Sceptique

    "Le sceptique est un homme qui ne se doute de rien".

    Petit cours de géopolitique.
    La Palétuvie a vue sa création reconnue par la S.D.N (ex O.N.U)début du XXème siècle, ce fut même une des premières proclamations qui fit suite aux 14 points de WILSON (comme tout le monde le sait)
    tout démarra avec l'émigration de quelques palestiniens au Pérou, qui au fil des métissages

    palestiniens / péruviens vit l'apparition d'une éthnie appelée "Palétuvien". Le secteur géographique concerné réclama et obtint son indépendance par la SDN en 1919.La Palétuvie était née.

    Encore un cadeau pour vous Cédric.
    Portez vous bien.

    Posté par La Tique, 22 juin 2012 à 11:49
  • "Le sceptique est un homme qui ne se doute de rien". J'adore ! (en tapant dans Google, je découvre que ce serait là une phrase d'un certain Paul Claudel ) (en tout cas merci, je la connaissais pas ! )

    C'est un plaisir de vous avoir comme prof !

    J'adore vos cadeaux, madame la Tique !

    J'aimerais en savoir davantage sur la Palétuvie ! Le nom de la capitale, la langue de ses habitants, le nom de la monnaie en circulation,... ( vous êtes ma seule source d'information dans ce domaine, désolé de vous importuner ainsi...)

    D'ailleurs, question essentielle : la Palétuvie existe-t-elle encore ?

    Au plaisir.

    Posté par Cédric, 22 juin 2012 à 12:08
  • @ Cédric le curieux

    Paul CLAUDEL, ma tante (que l'on surnommait la morbach)avait élu domicile dans les poils pubiens de ce grand homme. Je sais maintenant d'où elle avait retenu cet adage.

    La Palétuvie, victime d'un tiramisu en 1999 fut, hélas, rayée de la carte. LCI n'en souligna jamais le drame (le fait que cette chaine info n'existait pas encore ne confère aucune excuse)
    Peu de monde, en effet se souviendra de l'existence et de la disparition de ce grand pays gouverné par le très haut TIQUI KARYO (mon grand père)qui, du faste de son palais, situé à ACARIEN PLAGE (capitale de la Palétuvie) témoignait de la sagesse exemplaire extraite de l'ADN du métissage entre palestiniens et péruviens.
    La langue officielle était le TIQUI BOUM TI BOUM, dialecte riche en métaphores puisqu'il ne comportait qu'une seule lettre et s'associait aux mouvements occulaires pour donner précisions et force de persuasion. Quand à l'argent, les richesses naturelles étant abondantes dans ce pays,chacun pouvait se pourvoir gratuitement en premières nécessités (surtout le sang de ces infidels espanuits, métis d'espagnols et d'inuits bien sûr),rendant abscond l'utilsation q'une quelconque monnaie.
    "Extrait de Wikipédia, mis à jour Janvier 2000"

    Cela satisfait-il votre curiosité cher Cédric ?

    Posté par La Tique, 22 juin 2012 à 13:53
  • Je ne sais si ma curiosité est satisfaite mais mes zygomatiques en tout cas le sont !

    Vraiment poilant ! (clin d'oeil à votre tante )

    Mais ma curiosité en veut encore, elle n'est pas rassasiée !

    Si votre grand-père vient de si loin, comment êtes-vous arrivée en nos contrées ? Comment avez-vous appris le français ? Et puis j'aimerais savoir si vous êtes déjà retournée dans ce pays qui n'existe plus depuis le passage de ce maudit tiramisu !

    J'espère que ça n'est pas trop douloureux pour vous de replonger ainsi dans cette période noire de votre passé...

    Cordialement !

    Posté par Cédric, 22 juin 2012 à 14:57
  • @ Cédric insistant

    Jeune et fougueuse Tique, je rêvais d'aventures loin de mon confort. La barbe d'Yvan REBROFF qui était venue (avec le personnage bien sûr) chanter "AH SI J'ETAIS RRRRICHE" dans la salle des bêtes d'Acarien-Plage me véhicula de pays en pays jusqu'à nos contrées gauloises. Une autre barbe, celle de Chantal GOYA m'emporta alors de Carrefour en Casino en passant par des Lidl pour des concerts inoubliables. Ce qui me permit d'apprendre cette belle langue enviée par tous.
    Hélas, la disparition de ma patrie, de ma famille, m'empêcha de rentrer narrer mes aventures.
    C'est pourquoi, je voyage de blogs en blogs, essayant de trouver un paysage approchant...
    Vous n'en saurez pas plus cher Cédric, le reste m'appartient égoistement.
    Tiquement votre...

    Posté par La Tique, 22 juin 2012 à 16:35
  • Je vous adore, chère Tique !

    Posté par Cédric, 22 juin 2012 à 20:59
  • ho moi aussi je vous adore!! hihi trop fort!
    Martine

    Posté par Les Pestes tacle, 23 juin 2012 à 17:42
  • Et je suis même pas jalouse, ça aussi c'est trop fort! )

    Martine

    Posté par LesPestestaclent, 23 juin 2012 à 17:44
  • @ Martine

    Pas de raison d'être jalouse, Cédric ne jure que par vous...
    Bonne soirée.

    Posté par La Tique, 23 juin 2012 à 20:21
Poster un commentaire